Les Dernières modifications statutaires

Les dernières modifications statutaires de l’association Marché du livre-Paris décidées lors de l’assemblée générale extraordinaire du 15 juillet 2017 concernent l’article 7 (Composition de l’association), article ajouté dans la seconde version des statuts. Cette modification n’est pas anodine. Le statut des exposants et leurs rapports avec l’association Marché du livre-Paris sont traités en quelques lignes dans cet article. Les exposants sont devenus ou plutôt redevenus des «membres correspondants», c’est-à-dire des membres qui bénéficient des prestations de l’association (pour autant que payer son emplacement soit vraiment une prestation!) et surtout, ne sont éligibles à aucune fonction. L’idée de «membres correspondants» n’est pas nouvelle, le précédent délégataire l’utilisait depuis près de 30 ans. Le statut de «membre correspondant» est tout simplement un artifice qui permet de verrouiller une association. (Coudert est probablement pas étranger à cette modification majeure). Pour mémoire, rappelons que durant sa campagne de marketing auprès des exposants, l’association Marché du livre-Paris et Delphine Schrotter prétendaient être, dans son discours, une association totalement différente du GIPPE, réellement représentative des exposants, en bref, une association à but non lucratif qui aurait pour mission de défendre le Marché Brassens, ses exposants et leurs intérêts. En quelques mois, le glissement sémantique de son discours a eu pour effet de changer le sens du discours initial…

On note aussi une modification sur la liste des personnes en charge de l’administration de l’association (en date du 27 aout 2017). La présidente Delphine Schrotter a démissionné pour céder sa place à son ami et collègue bouquiniste Raphaël Sylvestrône. La démission de Schrotter est comparable à un double salto arrière avec réception sur la caisse enregistreuse. Cette manœuvre lui permet de devenir placière et salariée, abandonnant sa laborieuse activité de bouquiniste sur le Marché Brassens. La loi sur les associations autorise qu’un président d’association accomplisse un travail effectif pour son association, mais la rémunération associée est strictement encadrée. Dans son cas, un travail à mi-temps maximum représenterait une rémunération de l’ordre de 600€ bruts. Donc, quel que soit le titre qu’elle s’attribuera (déléguée générale, surveillante en chef, etc), elle pourra dorénavant définir son salaire, ses primes, ses tâches et la durée de son travail elle-même, comme son modèle et prédécesseur Olivier Coudert; décidément, les chiens ne font pas des chats!

Le bouquiniste Alexis Lenin reste au poste de secrétaire. Après avoir travaillé illégalement comme bouquiniste chaque week-end durant près de 10 ans sur le Marché Brassens grâce à la complaisance de son ami Olivier Coudert, Charles Guilleux a fini par régulariser sa situation le 10 juillet 2017, en se re-inscrivant au Registre du Commerce et des Sociétés. Ce triste personnage, bien connu des bouquinistes pour son honnêteté légendaire, reste trésorier de l’association Marché du livre-Paris. Son rôle de trésorier lui permettra certainement de percevoir quelques profits et avantages en toute discrétion. Sans hésitation, il attribue un «like» et une note de 5/5 sur la page facebook de sa propre association! (voir la saisie d’écran).

On peut consulter ces derniers modifications dans notre rubrique «documents» (à partir de la 7e page): Statuts modifiés et liste modifiée des personnes chargées de l’administration

Laisser un commentaire